Crédit professionnel, Financement des entreprises : emprunt bancaire, aides financières publiques, crédit-bail, location financière

RSS Crédit professionnel

Simulateur / Comparateur de prêt professionnel

Vous êtes un chef d’entreprise, un travailleur non-salariée (TNS) ou un créateur d’entreprise et vous souhaitez obtenir un prêt professionnel au meilleur taux pour financer votre projet : créer votre entreprise, développer votre activité, effectuer des travaux ou renouveler votre parc de matériel ou optimiser votre trésorerie ; notre comparateur de crédit professionnel est là pour vous.
Notre comparateur est un outil simple, transparent et efficace qui vous permet de comparer en détail plusieurs offres des organismes de financement et de trouver la meilleure offre adaptée à votre profil (sous réserve de la validité de vos infos saisies). Devis gratuit et sans engagement.

credit professionnel Comparateur d'assurance de crédit professionnel
Comparateur des banques en ligne Comparateur des banques en ligne

Financement des entreprises

 

Pour financer sa création ou son développement, une entreprise peut utiliser deux grandes catégories de capitaux : les fonds propres, fournis par les associés de la société ou l'entrepreneur individuel, ou les financements externes, qui proviennent des organismes financiers.

 

Fonds propres ou quasi-fonds propres

 

Apports de sociétés de capital-risque
Il s'agit d'apports au capital social, et non en compte courant, faits par des sociétés dans le but de revendre à plus ou moins long terme leur participation et de réaliser des profits grâce à la valeur prise par l'entreprise au cours de son développement.
Ces sociétés peuvent être : . Enfin, certaines sociétés de capital-risque sont créées par des chefs d’entreprise :
- des filiales spécialisées d'organismes financiers,
- des sociétés dépendant de collectivités territoriales dont l'objet est de favoriser le développement économique local,
- des "business angels" qui regroupent des fonds pour investir dans de nouvelles structures et les aider à se développer.

Il s'agit des financements issus des apports en capital et en comptes courants faits par les associés, mais aussi les subventions d'investissement. Ces capitaux sont présentés au passif dans le bilan de l'entreprise (en raison de leur emplacement en haut du tableau du passif, on parle de financements de haut de bilan).

  • Capital social;
  • Comptes courants d'associés;
  • Compte de l'exploitant;
  • Apports de sociétés de capital-risque;
  • Subventions d'investissement.

Financements externes

 

> Emprunt bancaire

 

Il s'agit d'une somme mise à la disposition de l'entreprise par un organisme financier, avec obligation de la rembourser selon un échéancier préalablement défini.

En contrepartie de son financement, l'organisme prêteur perçoit des intérêts rémunérant l'apport de fonds et les risques pris. Il est généralement accompagné de la prise de garantie(s) qui limite les risques du prêteur en cas de difficulté de remboursement.

Les emprunts figurent au passif du bilan de l'entreprise.

 

> Emprunt aidé

 

Subventions d'investissement
Ces fonds sont versés à titre définitif, généralement par des collectivités territoriales, sans obligation de remboursement.
Ils sont destinés à financer des investissements, contrairement aux subventions de fonctionnement qui servent à financer des charges d'exploitation telles que les aides à l'embauche.
Ces subventions sont inscrites en capitaux propres au passif du bilan. Elles ne sont pas destinées à être remboursées, mais sont définitivement acquises à l'entreprise, sauf si celle-ci ne satisfait pas à toutes les conditions qui sont stipulées pour leur octroi.
Sur le plan comptable et fiscal, ces subventions font l'objet d'une intégration au résultat au même rythme que l'amortissement du bien dont elles financent l'acquisition. Par exemple, si elles financent l'achat d'un bien amorti sur 5 ans, l'entreprise doit intégrer chaque année en produit 20 % de la subvention reçue dans son compte de résultat.
Certains organismes octroient aux jeunes entreprises des prêts destinés à favoriser la création d'entreprise ou le développement d'activité.

Ces prêts, liés à des conditions relatives à la personne du créateur, sont parfois accordés en accompagnement de financements bancaires. Ils permettent de les compléter et sont souvent pris en compte par les organismes de crédit au titre des apports du créateur.

Ainsi, ils sont assimilés aux fonds propres et font partie des 30 % d'apports régulièrement exigés pour obtenir des fonds externes.

Ces prêts peuvent être octroyés par les collectivités territoriales (région, municipalité...), Pôle emploi ou des associations souhaitant favoriser la création d'entreprises et le développement économique.

 

> Crédit-bail

 

Dans le cadre d'un crédit-bail, appelé également location avec option d'achat (LOA), l'entreprise n'est pas propriétaire du bien acquis avec les fonds prêtés pendant toute la durée du contrat. Il s'agit d'une simple location assortie d'une promesse de vente à l'issue de la période de location.

L'organisme financier reste donc propriétaire du bien, qu'il loue à l'entreprise. Il s'engage à le lui vendre après une certaine période selon des conditions prédéfinies.

Les fonds ne figurent pas au bilan de l'entreprise, puisqu'il ne s'agit pas d'une dette. Les loyers sont considérés comme des charges d'exploitation.

 

> Location financière

 

Il s'agit d'un contrat de location pure, c'est-à-dire sans option d'achat, appelé également "location longue durée".

Un fournisseur, parfois par le biais d'un organisme de crédit, met à la disposition de l'entreprise un bien, tout en conservant la propriété et sans prendre d'engagement de le vendre à l'issue du contrat.

Cette location peut être assortie de services tels que l'entretien et l'assurance du matériel loué, notamment pour les véhicules par exemple.